Rechercher
  • CGS

Eczéma et stress: La naturopathie en soutien


Un article écrit par Aurore Zabée , naturopathe


L’eczéma atopique (appelée aussi dermatite atopique) touche 4% de la population adulte et 10 à 20% des enfants. Avec 4 millions de personnes touchées, elle est la seconde maladie de peau en France après l’acné. Souvent subie pour les malades, incomprise pour les autres, parfois même au sein de la famille, elle pourrait se résumer par la phrase « arrête de te gratter » …Et le stress, s’il n’est pas forcément un déclencheur d’eczéma reste un facteur aggravant.

Cet article a pour objectif de présenter simplement cette maladie mais aussi de fournir trois clés naturopathiques pour améliorer le terrain général d’une personne sujette à l’eczéma afin d’agir en prévention d’une crise ultérieure.

Mais au fait, de quoi parle-t-on quand on évoque l’eczéma atopique ?

Il s’agit d’une maladie temporaire et/ou chronique : temporaire car elle peut intervenir très jeune et s’éteindre à l’âge adulte, chronique car certains la subissent toute leur vie. Elle se caractérise par une inflammation de la peau liée à un système immunitaire « explosif » et à une déficience de la barrière cutanée. Son développement est très souvent associé à une réaction allergique ou asthmatique du fait d’un allergène ayant passé cette fameuse barrière de la peau. Mais c’est surtout un souci permanent pour les personnes qui le vivent au quotidien !

Elle peut prendre différentes formes dont des rougeurs, de squames, d’une peau sèche à très sèche, de fines vésicules suintantes, de croûtes … Alors, si vous souhaitez vous en assurer, mieux vaut consulter un dermatologue qui saura diagnostiquer et mettre en place un traitement adapté.

La localisation dépend souvent de l’âge :

  • Chez les bébés sur les zones bombées (joues, épaules, dos du coude)

  • Chez les enfants vers les plis du cou, des bras, des jambes

  • Chez les adolescents et adultes, sur les zones exposées comme le visage et les mains

Les conséquences sont évidemment les démangeaisons (caractéristique première de cette maladie) mais pas uniquement. S’en suivent une altération de la qualité de la peau, de la qualité du sommeil en raison des réveils nocturnes, des infections possibles (du fait du grattage qui fait pénétrer les bactéries et les allergènes). Et c’est sans compter une altération évidente de la qualité de vie quotidienne générant du stress, un manque de confiance en soi et mauvaise image de soi.

Le terrain de cette maladie est héréditaire dans 90% des cas : une protéine de la peau manquante rend celle-ci poreuse aux allergènes et bactéries potentielles. Il peut également s’agir d’antécédents allergiques dans la famille qui font le lit d’allergies possibles à certains aliments ou produits chimiques, cosmétiques, métaux… Pour autant, l’étiologie de la maladie ne doit pas être confondue avec les facteurs déclenchants ou aggravants d’une crise qui sont réellement multiples et sont pourtant la priorité à déceler.

Il peut s’agir :

  • d’un produit irritant comme par exemple dans un cosmétique, par le contact d’un métal, à la suite d’un vaccin récent…,

  • d’une allergie ou d’une intolérance à un ou plusieurs aliments

  • d’émotions fortes ou d’un stress particulier : elles ne sont pas forcément déclencheur de la crise mais sont clairement aggravantes

  • d’infections: l’eczéma peut arriver en même temps qu’une infection (le système immunitaire faisant son travail) mais aussi après coup par effet retardé (2 ou 3 jours après l’infection)

  • de l’eczéma lui-même car non traité au départ alors qu’il s’agissait d’une toute petite plaque.


Les premières choses à faire !


Au regard des facteurs évoqués précédemment, il apparaît que la tenue d’un journal de suivi est le premier outil à mettre en place sous forme d’un petit tableau :

  • la 1ère colonne permettra d’intégrer ce qui a été consommé, appliqué, touché

  • la 2ème colonne intègrera l’état émotionnel au moment de l’acte en question et au fil de l’eau

  • enfin la 3ème colonne permettra de prendre attachement des réactions physiologiques

L’ensemble de ces éléments doivent permettre d’identifier le fait déclencheur nécessaire à l’écarter rapidement. Dans la majorité des cas, un rendez-vous chez un allergologue permettra d’avoir une vision fine et d’ensemble sur le sujet d’une allergie éventuelle.

Mais il servira également à un naturopathe dans le cadre de l’établissement du bilan de vitalité. En effet, les réactions physiologiques identifiées sont probablement du fait du facteur déclencheur mais votre corps a également son mot à dire sur d’autres plans : il se peut aussi que vos intestins soient perméables, que votre foie soit surchargé, que vous soyez en acidose… En cela, la naturopathie peut venir en soutien car un de ses fondement reste l’identification de la cause possible.


Qu'est ce que la naturopathie?

C’est un ensemble de techniques naturelles allant dans le sens d’une écologie humaine favorisant la vitalité et le bien-être. Elle repose sur cinq principes :

  • la recherche de l’origine d’un trouble de santé

  • le soutien de la vitalité en présence chez chaque individu

  • avoir une vision globale de la personne sur les plans alimentaires, hygiène de vie mais aussi psycho-émotionnelle notamment le niveau de stress

  • tendre vers un équilibre sans surcharge ni carence

  • utiliser uniquement des ressources naturelles

S’agissant d’une démarche individualisée, chaque accompagnement débute par un questionnaire très complet permettant de mener un travail de fond au rythme propre à chacun.


A garder à l’esprit avant d’aller plus loin

Concernant l’eczéma atopique, il est important de garder à l’esprit qu’il y a deux grandes phases :

  • traiter l’urgence sur le court terme et c’est le rôle de la médecine conventionnelle : n’en déplaise à beaucoup, la cortisone permet d’éteindre le feu de l’inflammation et pour beaucoup elle permet le retrait des plaques si le sujet est pris à temps. Médecins et pharmaciens accompagnent la façon la plus optimum de l’appliquer.

  • améliorer le terrain à moyen terme pour diminuer les manifestations ultérieures et améliorer la vitalité et le confort de vie : la naturopathie est alors tout indiquée.



Trois clés en cohérence avec les trois piliers de santé naturopathiques

Les trois piliers de la santé en naturopathie sont l’alimentation, l’hygiène de vie et la sphère émotionnelle. Ils permettent de débuter une prise en charge à moyen terme de cette maladie sous l’angle naturopathique.


1/ Commençons par quelques conseils sur l’alimentation nécessaire

Pour la diminuer, il convient notamment de :

- Retirer les aliments très acides:

· Fruits peu mûrs ou fruits acides comme les agrumes, les fruits rouges, les abricots, la rhubarbe, certaines variétés de pommes ;

· Légumes acides comme les tomates, l’oseille, le cresson, la choucroute ;

- Diminuer les aliments acidifiants tels que les viandes rouges, les produits laitiers (à fortiori au lait de vache et en particulier les fromages forts), tous les sucres, le café, le thé et le cacao ;

- Miser très largement sur les aliments alcalins : sont concernés tous les légumes (à l’exception de ceux évoqués ci-dessus) crus et cuits, les pommes de terre, les patates douces, les topinambours, les châtaignes, les bananes, les amandes, les noix du Brésil, les fruits secs ;

- Soulager le stress, sujet développé un peu plus loin.

L’eczéma étant une inflammation, il conviendra de favoriser une alimentation anti-inflammatoire riche en oméga 3 :

  • Huiles végétales (colza, noix, lin, chanvre)

  • Graines de chia

  • Petits poissons gras (sauf si une allergie était avérée bien sûr)

  • Algues

  • Légumes verts


Ce type d’aliments va venir soulager l’inflammation mais viendra également en soutien du système nerveux tant sollicité en situation de stress.

Et enfin, inutile de rajouter que moins les produits contiennent de pesticides, moins ils sont inflammatoires pour l’organisme : la qualité biologique sera donc utilisée tant que faire se peut.


2/ Poursuivons avec quelques conseils d’hygiène de vie

Le sport est une nécessité pour quiconque souhaite une vie saine car il agit à plusieurs niveaux (libération nerveuse pour soulager le stress, fonctionnement digestif, détoxication…). Pour autant, la transpiration est un calvaire pour la personne durant une crise d’eczéma car elle en devient irritante.

En période de crise, la pratique d’un sport devra donc être douce mais plus fréquente de façon à ce qu’il n’y ait pas trop de transpiration.

Une fois la crise passée, le sport devra être plus intense afin que les acides présents dans le corps puissent être évacués. Dans cette période, il sera d’ailleurs intéressant de pratiquer sauna ou hammam à la convenance de chacun.



Concernant le rapport à l’eau :

  • Il n’est pas concevable d’empêcher une personne sujette à l’eczéma de prendre une douche par jour sous prétexte que sa peau est fragile. Bien au contraire, la douche quotidienne est préconisée car les allergènes pénètrent par la peau et le fait de prendre une douche permet de retirer les allergènes potentiels présents. La douche sera donc journalière mais de courte durée pour ne pas altérer encore plus la barrière cutanée

  • Et ce sera sans compter l’utilisation de produits sans savon et sans parfum type pain dermatologique ou huile nettoyante

  • Il est également important de retirer au maximum le chlore présent dans l’eau : on veillera à le limiter par l’investissement dans un adoucisseur d’eau (certes onéreux mais diablement efficace) ou un filtre à charbon à intégrer au pommeau de douche

  • Enfin, l’hydratation est impérative en sortie de douche pour relipider la peau mais aussi par l’apport d’eau quotidiennement (1,5 L) peu minéralisée pour éviter de trop faire travailler les reins.

Enfin, impossible de ne pas évoquer la sphère psycho-émotionnelle, en particulier la prise en charge du stress :

- Au moment de la crise :

  • Si l’ambiance est agitée, s’isoler et se mettre au calme pour se reposer un peu

  • S’il s’agit d’un accès d’émotions fortes, prendre le remède Rescue des fleurs de Bach

  • Quelques respirations en cohérence cardiaque permettront de prendre un peu de recul

  • Viendra ensuite la façon de gérer son stress dans la longueur pour éviter la rechute

A ce titre, Les plantes adaptogènes permettent à l’organisme de résister à une période de stress prolongée. Elles vont avoir un effet stimulant pour certaines, anxiolytique pour d’autres. La rhodiola rosea nous vient du froid russe qui l’utilisèrent pour ses propriétés tonifiantes, revigorantes. Mais elle possède également la capacité de protéger le foie contre les toxines chimiques, alimentaires ou médicamenteuses et des propriétés antioxydantes qui lutteront contre le vieillissement cutané ! Parce qu’elle est stimulante, il faudra donc l’éviter le soir et ne pas en abuser sur la durée : une cure de 15 jours maximum suffira car elle pourrait masquer une dépression. A noter qu’elle est contre-indiquée pour les diabétiques, les personnes ayant une maladie rénale, une cirrhose ou qui sont bipolaires.

Les fleurs de Bach sont d’une aide précieuse pour les émotions suivantes :

  • Cerato pour le manque de confiance en soi, très fréquente pour cette problématique

  • Gentian pour les périodes de découragement notamment à la pensée de devoir à nouveau recommencer un traitement

  • ·Mustard pour les coups de cafard lorsque le traitement n’est pas aussi rapide que désiré

  • ·Holly pour affronter la colère qui envahit au moment de la crise

  • ·Crab Apple pour surmonter une image de soi bien entachée

  • ·Pine parce que la culpabilité est le quotidien des personnes sujettes à l’eczéma

Je suis consciente que ces quelques premières pistes peuvent paraître nombreuses pour certains. Elles sont pourtant accessibles à qui sait se faire accompagner si le besoin se fait sentir.


Alors prenez soin de vous !

Aurore Zabée, Naturopathe

www.natur-aura.com




#stress #eczéma#naturopathie#Centresgestiondustress

312 vues
NOUS CONTACTER

contact@centres-gestion-stress.com

Tel: + 33 4 69 26 53 16