EQUILIBRE

L'ÉQUILIBRE

----------

de "aequilibrium" = exactitude des balances 

L'équilibre est le rapport considéré comme bon entre deux choses opposées (forces, résistances, actions, tendances, influences, systèmes…..), agissant simultanément sur un système matériel ou sur un organisme vivant, sans en modifier l'état de repos ou de mouvement, et sans en altérer la structure.

"Le rassurant dans l'équilibre, c'est que rien ne bouge".

La réalité de l'équilibre, c'est qu'il suffit d'un souffle pour tout faire bouger" (d'après J.Gracq). 

L'équilibre est à mi-chemin entre deux extrêmes, chaque extrême pouvant devenir dangereux, voire irrémédiable, en toutes choses.

Qu'il s'agisse d'un système, d'un mécanisme, d'un organisme, cet équilibre, qui lui permet de conserver son intégrité, est un facteur indispensable pour en assurer le bon fonctionnement, le développement, et en préserver la bonne "santé". 

Cela nous ramène à la définition même de la santé, édictée par l'O.M.S., à savoir: "un état de complet bien-être (être bien, en équilibre) physique, mental et social. Nous pouvons y ajouter "émotionnel".

La vie est mouvement 

Par définition, la vie est mouvement, la vie est une "alternance permanente". Dans tous les registres de l'existence, nous sommes constamment animés par "une chose" et son contraire : c'est la veille et le sommeil, le jour et la nuit, l'activité et le repos, donner et recevoir, absorber et éliminer, contracter et relâcher, plier et étendre, accélérer et freiner, c'est la vie professionnelle et la vie personnelle, l'individuel et le collectif, le manuel et l'intellectuel, le corps et la conscience……c'est l'ombre et la lumière !

L’alternance pour un juste équilibre

L'équilibre ne peut être "qu'entre les deux", mais dans un "mouvement permanent" de l'un vers l'autre et réciproquement, visitant nos limites pour garder toute les amplitudes de nos capacités. L'équilibre est le facteur qui contrôle ce mouvement d'alternance, d'un côté et de l'autre, nous permettant ainsi d'avancer sans chuter.

Pour le vivant, de toute évidence, l'équilibre ne peut pas être statique, être une attitude stable ou définitive. L'être vivant dépend d'un environnement en évolution constante, en changements permanents, il est exposé à des forces, des phénomènes extérieurs, des imprévus, des variations, des accidents auxquels il doit, pour survivre, s'adapter, dans la limite de ses propres capacités et grâce à celles -ci.  

Ainsi devons nous veiller à "tendre vers le meilleur équilibre" et nous en écarter le moins possible, car nous en écarter trop demande beaucoup d'énergie pour le récupérer.

Atteindre une limite extrême d'un côté ou de l'autre, y rester, y vivre trop longtemps, risque de nous épuiser, de rendre impossible de restaurer l'équilibre, et de nous faire franchir le « point de non retour» et basculer dans la pathologie.

Tout est donc contrôlé par l'équilibre, mais trop d'équilibre, l'équilibre dit parfait, détruit le vivant, car il amène à l'immobilité, à un état statique, rigide où il n'y a plus d'échange, donc plus de vie. C'est l'équilibre ordinaire qui, par sa souplesse, souplesse du corps et de l'esprit, nous permet d'avancer au mieux, de nous adapter aux circonstances pour garder le cap, jour après jour, avec un minimum d'effort.

Vouloir, pour se rassurer, atteindre un état d'équilibre stable et définitif nous expose à ne plus évoluer, à ne plus avancer avec ce qui nous entoure. Cela devient, selon les personnes, source d'isolement, d'inadaptation, de tension, de tiraillement, de rupture, de mal-être, de peur, d'anxiété, de sensation de vide….

La vie que nous menons dans ce monde actif de vitesse, "d'immédi-attitude", de performance, d'individualisme, de compétition, de surconsommation, nous pousse vers nos limites, jusqu'à les atteindre et les dépasser, et le déséquilibre peut s'installer et s'aggraver jusqu'à en perdre le contrôle. Le retrouver demande alors énormément d'effort, de temps, et il est souvent difficile, voire impossible, d'y parvenir seul.

Tout ce qui peut être appelé "excessif" est toujours hors d'équilibre, c'est pourquoi il est important d'être vigilant à le conserver au mieux dans notre quotidien, tout au long de notre vie, dans tous les registres de notre existence.

Le trop grand déséquilibre d'une personne peut, par réaction en chaîne, provoquer des déséquilibres de "proches" en" proches" et perturber le climat de notre environnement humain. Mais inversement, une personne équilibrée permet à son entourage de trouver ou conserver plus facilement son propre équilibre.

Il est parfois indispensable ou, pour le moins, utile d'être aidé pour trouver ou retrouver cet équilibre perturbé, pour réajuster nos propres comportements, redéfinir de nouveaux objectifs, de nouvelles priorités. Un professionnel nous peut aider à identifier et comprendre les causes du trouble. Il peut nous proposer des moyens, des outils pour améliore notre état de santé mentale et sociale, nous aider à éclairer ces zones d'ombre que sont les différents registres négligés ou abandonnés de notre existence. 

Contacter un professionnel à : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Ici votre publicité

Copyright © 2014 Centres de Gestion du Stress. Tous droits réservés. - Mentions légales - Conception LGInformatique